mercredi 22 mars 2017

LAURENCE VIELLE PRIX DES DÉCOUVREURS 2017.


OUF ! Non ce n’est pas un soupir de soulagement que je pousse aujourd’hui pour marquer la fin de l’édition 2016-2017 de ce qui fut je crois la vingtième édition du Prix des Découvreurs. Non. Cette action que nous menons grâce au concours actif de dizaines et de dizaines de professeurs qui n’hésitent plus à faire entrer dans leurs classes des poètes pour une fois bien vivants afin de faire comprendre à la jeunesse qu’ils forment que la poésie s’écrit toujours au présent, qu’elle parle de notre humanité actuelle, du monde bien réel qui nous entoure, est certes, une tâche prenante, qui accapare une bonne partie de mon énergie et de mon temps mais elle n’a rien d’épuisant, d’accablant, au vu surtout de tout ce qu’elle apporte.

Non. OUF, c’est le titre qu’auront plébiscité plus d’un tiers des jeunes qui cette année de Calais à Bastia – salut aux élèves du lycée Vicensini – auront eu l’occasion de découvrir comment la poésie d’aujourd’hui a pu se renouveler, étendre ses horizons, élargir ses thématiques et multiplier ses formes d’apparition de manière à ouvrir, pour chacun d’entre nous, de nouvelles voies dans la parole.

Le livre de Laurence Vielle qui est donc notre toute fraîche lauréate aura sûrement plu par ce dynamisme constant qui appliqué à un vécu que chacun peut aisément reconnaître, communique cette envie de vivre et surtout d’affronter dont les jeunes ont tant besoin dans le monde difficile que nous leur transmettons. Sans rien cacher des misères de ce dernier, Laurence sait replacer nos existences dans le cadre élargi d’un univers qui ne se limite jamais aux étroites frontières du moi, donnant ainsi de l’air à nos destinées momentanément essoufflées. Les amenant par l’intensité de ses rythmes à redécoller. S’inventer de nouveaux espaces. S’approprier des ressources jusque-là inédites.

Bien entendu nous avons une pensée pour chacun des auteurs de notre sélection qui ont bien voulu accepter de participer et de rencontrer des classes parfois bien éloignées de chez eux. Laurent Grisel, Christiane Veschambre, Geneviève Peigné, tout particulièrement, se sont montrés parfaits dans ce difficile exercice d’écoute, de partage et de communication que nous avons eu le plaisir d’accompagner. Et c’est à juste titre que leurs livres ont aussi trouvé de nombreux défenseurs. Grâce à leur ouverture et à leur engagement, la poésie sort renforcée dans l’esprit de nombreux jeunes mais aussi de nombreux professeurs qui en ont découvert la vitalité, la nécessité et pris davantage conscience que cette forme d’écriture ne peut se réduire à n’être à l’école qu’un support d’exercice destiné à préparer les épreuves anticipées du bac.

Autre sujet de satisfaction en cette semaine de la Langue française et de la francophonie : après le grand poète algérien Mohammed Dib couronné en 2001, le poète liégeois Eugène Savitzkaya en 2008, la luxembourgeoise Anise Koltz en 2012, c’est une poète bruxelloise qui remporte cette année le prix. Un prix que par ailleurs auront aussi remporté un poète espagnol, Juan Antonio Gonzales Iglesias et deux poètes d’origine syrienne : Maram Al Masri et tout dernièrement cette belle figure de la résistance aux dictatures de tous ordres qu’est Fadwa Souleimane.

Oui, nos jeunes et les courageux professeurs qui les encadrent n’ont que faire des limitations. Désireux de s’affranchir de ce qui, de partout, nous étouffe, ils sont de ceux qui méritent que nous ne plaignions pas, comme on dit, nos efforts. Et que nous poursuivions, plus convaincus que jamais, notre folle entreprise. OUF !


À noter que le prix sera remis le jeudi 6 avril prochain au Carré Sam à Boulogne-sur-Mer lors de notre Journée Découvertes dont on peut consulter le programme ici